Qatzrin



 Population : 2 millions.
Capitale : Qatzrin Station.
Territoire : Qatzrin Station, Holon Station, Ashkelon Station, Samaria, Kinneret V.
Economie : Hydroponique, Drones, Recherches astronomiques.
Armée : 5845 personnels*

La communauté hébraïque du Dragon bleu s’est rapidement développée en faisant des choix drastiques pour assurer sa survie. Les premières décennies après le Second Exode, que les Qatzrini désignent plus couramment du nom de Cinquième cheminement, furent particulièrement douloureuses, et la communauté frôla même l’extinction en quittant dans la hâte le monde de Peryton.

Malgré les conflits récents contre des forces alien et leurs serviteurs humains, Qatzrin est une communauté prospère cherchant activement de nouvelles planètes où établir des colonies. Deux de ces territoires sont des stations exclusivement consacrées à la formation pluri-disciplinaire et à la recherche fondamentale. Le grand observatoire orbital de Holon Station draine à lui seul une très large population estudiantine, en provenance des autres territoires du dōng fāng qīng lóng, mais également de la koalitio kolme ihmistä.

Qatzrin est gouvernée par une forme simplifiée de l’ancienne Knesset, une assemblée de représentants élus, chacun en charge des affaires politiques et administratives d’un territoire. Comme jadis, des dissensions naissent entre les antiques courants de pensées, mais influent bien moins sur la prospérité et les orientations de la communauté vis-à-vis de ses partenaires du Dragon bleu.

La force militaire de Qatzrin est nommée l’Haganah, elle représente la principale menace pour la communauté elle-même, car ses officiers supérieurs forment un conseil de guerre aux idées radicales et dangereuses pour la stabilité des territoires hébreux. De par la structure même de l’armée Qatzrini, les trois Amiraux de l’Haganah influencent grandement Semarang et ne redoutent pas les contestations au sein de leur flotte.
Comme les autres factions du dōng fāng qīng lóng, Qatzrin s’appuie fortement sur des unités spatiales robotisées, et disposant d’une conception navale qui lui est propre, la communauté compte avant tout sur plusieurs gros Porteurs, capables de libérer une multitude d’escadrilles de chasseurs automatisés sur l’ennemi.
Depuis la Guerre des hǎixīng, l’usine robotisée de Samaria assemble des croiseurs lourds et des coques plus importantes. Les ressources récemment exploitées de la colonie Kinneret V permettent en ce sens des avancées rapides.
Les Drones forment le gros de la flotte de l’Haganah, et des recherches sont menées pour améliorer les capacités des IA embarquées. Le principal désavantage tactique de cette flotte réside en effet dans l’asservissement des escadrilles à une IA centrale, lourdement protégée à bord d’un Porteur, mais pouvant voir ses ordres mal interprétés, ou simplement interceptés par l’ennemi.

Depuis le début du programme de reconquête nán fāng zhū què, Qatzrin produit de nouveaux modèles de Drones, adaptés au soutien de troupes au sol. Véritables plateformes de combat, ces modèles sont pilotés par des IA en orbite et permettent une grande manoeuvrabilité aux troupes humaines.

La Knesset Qatzrini a été la première entité politique du Dragon bleu à être contactée par les membres du Conglomérat marchand de Véga. Des accords ont été conclus avec cette faction, bien que le Conseil du dōng fāng qīng lóng voit d’un très mauvais oeil une possible alliance avec les forces du système de Véga.
Jusqu’à maintenant cependant, des échanges de technologies ont permis de notables avancées dans le domaine de la robotique. A travers les membres du Conglomérat, Qatzrin à en effet pu nouer un lien solide avec le mystérieux Collectif G+, une communauté de clones hautement spécialisés et à la pointe de nombreux domaines techniques.

Qatzrin Station est considéré comme le centre administratif pour tous les territoires et colonies juives. Immense assemblage de modules orbitaux commençant à montrer des signes de vétusté, la station abrite vingt milliers d’habitants et trois fois plus de robots domestiques ou militaires. Bien que ne disposant pas de grands laboratoires d’hydroponiques, Qatzrin Station reste la vitrine du savoir-faire de la communauté et ses grands tronçons rotatifs sont occupés par de véritables forêts adaptées à la faible gravité.
Un grand zocalo est installé au cœur de la station, où les plus fortunés peuvent venir commander des robots aux fonctions de plus en plus diversifiées. Certaines filiales commerciales vendent même des forces de sécurité automatisées, rivalisant avec les Drones militaires Qatzrini.

De bien moindres dimensions, Holon Station est une station moderne, n’accueillant que peu de voyageurs. Son gouverneur a engagé d’importantes ressources afin de maintenir en état un réseau défensif indépendant de celui assurant la défense des territoires hébreux. Holon Station est un immense observatoire astronomique, grandement automatisé, mais où sont formés les savants les plus prestigieux du Dragon bleu.
La station dispose également d’un centre de transmission dernier cri, permettant de diffuser des flux holographiques d’informations publiques vers toutes les autres stations et colonies du dōng fāng qīng lóng.

Ashkelon Station est un autre centre de recherches, mais exclusivement consacré au développement de nouvelles technologies spatiales, essentiellement militaires, bien que la prospérité récente de Qatzrin ai pu permettre l’implantation de nouveaux chantiers navals orientés vers la construction de plaisance.
Les modules luxueux se partagent l’espace de la station avec les usines lourdes, deux univers entremêlés semblant devoir diviser les humains qui y travaillent en deux castes bien distinctes. Le gouverneur d’Ashkelon souhaiterait une automatisation complète de ses chantiers, pour ne conserver qu’une main d’œuvre humaine réduite aux fonctions de services destinées aux plus riches armateurs. Des syndicats œuvrent cependant dans les tréfonds de la station, afin de maintenir des droits pour les travailleurs organiques qui se retrouveraient autrement rejetés à une vie misérable en fonds de cale.

Samaria est la lune originelle sur laquelle les premiers colons Qatzrini débarquèrent. Désormais sous la juridiction de l’Haganah, elle abrite d’immenses bunkers enterrés, pouvant permettre à plusieurs dizaines de milliers d’habitants de se réfugier en cas de cataclysme. Les lieux sont entièrement automatisés, hermétiques aux radiations et disposant de serres hydroponiques et d’usines puisant dans le substrat rocheux de l’astre.
Samaria est essentiellement connue pour son réseau de stations militaires, abritant les cales de radoubes des plus gros vaisseaux aussi bien que des usines robotisées pouvant produire des escadrilles de Drones à un rythme inimaginable.

Un tiers de la flotte de l’Haganah est massée autour de Samaria. Un choix risqué qui a montré ses limites durant la guerre contre les Sa’Vasku, qui frappèrent les vaisseaux humains alors qu’ils étaient encore à quai.
Il est depuis lors difficile d’approcher à plusieurs ua de la petite lune rouge, des escadrilles robotisées patrouillent en effet en permanence, et des missiles peuvent être lancés en de véritables déluges de plasma et de mort.

La jeune colonie lunaire de Kinneret V est perçue comme la possible nouvelle capitale Qatzrin. Déjà, les jeunes fortunés des dernières générations aiment séjourner longuement sous les grands dômes hydroponiques, où poussent forêts et cultures à un rythme accéléré.
De nombreux généticiens travaillent en reclus dans des laboratoires isolés, lourdement fortifiés, afin de produire de nouvelles plantes capables de résister à tous les environnements concevables.
Située à l’extérieur du système de Sheliak, la lune de Kinneret V appartient à un ensemble de planétoïdes riches en métaux rares mais également en eaux. Les plus ambitieux projets de terraforming sont pour ces corps célestes à partir desquels Qatzrin espère bien entamer une nouvelle ère d’expansion interstellaire.